Les Contes défaits

les-contes-defaits

Chaque été tout recommence. Les enfants de la famille partent en colonie de vacances dans une grande maison en pleine nature. Le bonheur ? En apparence… Dans les faits, la pension est gérée par un couple qui ressemble en bien des points aux Thénardier. Si la directrice est très sévère, son mari, lui, a toute l’apparence de la bienveillance. Sauf que, le soir venu, il adore faire peur aux petits. Ainsi peut-il les réconforter… à sa terrible façon. Face au drame répété, le narrateur s’impose le secret ; il subit, les poings serrés. Jusqu’à ce que sa petite sœur rejoigne à son tour la maison. Alors il faudra la protéger, apprendre à grandir. Mais comment ? Comment dépasser la colère, la rancœur, et ce lourd sentiment d’injustice, quand le bourreau n’est (et ne sera jamais) inquiété ?…

Le Suisse Oscar Lalo raconte l’horreur à mots couverts. Tout au long de ces pages tragiques et pudiques on reste fasciné par la langue de l’écrivain qui dit l’indicible avec force beauté, infinie délicatesse. Et l’on ressort sonné, impressionné par ce livre qui compte parmi les plus forts de la rentrée littéraire.

Les Contes défaits, d’Oscar Lalo, éd Belfond, 224 pages, 18 euros

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s