La Nuit avec ma femme

004163284

Une nuit elle vient le visiter. Treize ans qu’elle est partie, tuée sous les coups de son amant. Elle, c’est l’ex-compagne, la femme encore aimée, la mère de son fils, Marie. Face au fantôme, Samuel Benchetrit se souvient. Comme sur des montagnes russes qu’il aurait peine à contrôler, tout en zigzags, en retours en arrière et en plongées en avant, il raconte le chagrin, le deuil impossible. Il dit la colère, sans jamais laisser place à la haine. Il revit la dernière nuit, le dernier appel. Celui de Marie. Celui du monstre aussi, alors qu’il l’a déjà fait sombrer et qu’il s’applique à se taire. Puis c’est l’insoutenable voyage à Vilnius, l’horreur du retour, l’angoisse inextinguible de provoquer un nouveau séisme, quand il faudra annoncer à l’enfant l’odieuse nouvelle: « Dans quelques minutes, je vais tuer mon fils. Une partie de lui. Et personne d’autre ne peut le faire. Je vais le bousiller en quelques phrases. Moi, son père. Lui cogner le cœur ». Viennent ensuite les réactions étranges de ceux qui l’approchent aux premiers temps, de ceux qui dans la rue, au cimetière, ne peuvent s’imaginer la proximité qui l’unit à cette actrice disparue que le monde pleure. Benchetrit décrit l’énergie perdue, la fuite en avant, l’immense chaos auquel succède peu à peu la lumière. L’impossibilité d’aimer encore, puis l’amour retrouvé, un autre, des autres, différents, pas moins intenses, Marie toujours au centre : « L’amour ne meurt pas. Il se réincarne ».

D’une infinie pudeur, sans complaisance, Samuel Benchetrit rend le plus beau des hommages à la femme qu’il a aimée. Et qu’il aimera toujours. Alors, au terme de ce récit emprunt d’une poésie qui donne les frissons, on ressort comme sonné. C’est sûr, cette nuit-là nous habitera longtemps. Très longtemps. Elle parle d’un amour disparu. Elle raconte les survivants. En confiant ses moments brûlants, en plongeant au cœur de son intimité, Samuel Benchetrit touche à l’universel. C’est cela, précisément, qu’on appelle la littérature.

Ed. Plon/Julliard, 160 p., 16,90 €.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s