Hommage de l’auteur absent de Paris

 Mise en page 1

Pour les non-initiés, « Hommage de l’auteur absent de Paris » est une mention écrite sur une carte jointe à un livre au moment de son envoi aux journalistes littéraires, et censée justifier l’absence de dédicace de son auteur. N’allez pas imaginer qu’en ces instants précis l’auteur a été pris d’une subite envie de voyager ou qu’il vit dans des contrées rudes et infranchissables… Vous pensez bien qu’au moment de voir son livre publié celui-ci serait capable d’annuler ses vacances au camping des Flots bleus ou de traverser des continents si un simple paraphe pouvait lui assurer de prendre le bon chemin vers le best-seller ! De son côté, l’Editeur serait même capable de lui tenir le stylo…  Non, en vérité, l’auteur était peut-être au Flore, ou dans son grand appartement du 6ème arrondissement, dans son studio de La Courneuve ou de Nogent-sur-Marne, voire dans le bureau d’à côté, quand l’attaché-e de presse a glissé la fameuse petite carte dans son bouquin. Le dit-auteur n’a pas jugé nécessaire de dédicacer son ouvrage à d’autres qu’à ses amis et à quelques V.I.P., voilà tout !

Il n’a pas tout à fait tort, l’Auteur : à quoi peut bien servir d’envoyer ses « amitiés » à des journaleux qu’on ne connaît pas, qu’on ne rencontrera jamais, qui ne liront sans doute pas votre livre et qui finiront même (pour les moins scrupuleux d’entre eux) par vendre votre travail sur Amazon pour quatre ou cinq euros, dédicace comprise?… Sans compter que les journaleux en question (recevant – en moyenne et au bas mot – une vingtaine de livres par jour) ne se donneront même pas la peine, blasés qu’ils sont, de vérifier si l’ouvrage est ou non dédicacé de la main du nouveau Molière ou du Chateaubriand du XXIème siècle… Bref, l’écrivain confirmé, en général, n’usera pas son encre au contraire du débutant qui, lui, en fera l’un des moments forts de la vie de son livre, une étape dont il a toujours rêvé et qui changera peut-être la donne (le primo-romancier est souvent un grand naïf).

Ceci enfin posé, « Hommage de l’auteur absent de Paris »  – outre ce petit mensonge sans conséquence – est surtout le titre d’un livre qu’il faut absolument lire. Si on écrit ou si on rêve de le faire un jour. Si on rêve de se voir éditer ou si on l’est déjà. Si le monde de l’édition nous fascine ou si la vie germanopratine nous intrigue. Si on a envie de rire, surtout!

Allibert Emmanuelle -® Thierry Rateau-2

Emmanuelle Allibert @ Thierry Rateau

Attachée de presse dans une grande maison d’éditions, Emmanuelle Allibert est l’Auteur de ce récit qui sonne comme un pamphlet, et résonne sacrément vrai. En de courts chapitres, la professionnelle dépeint le monde littéraire avec une justesse d’observation qui confine au jubilatoire. Son « héros » ? L’Auteur, bien sûr, débordant d’ego, qui signe (toujours) le livre du siècle et ne comprend pas pourquoi aucun 20 heures n’en a encore fait son ouverture. Ni pourquoi son éditeur ne l’appelle pas plus souvent pour lui dire qu’il est le meilleur. Evidemment l’Auteur (parfois imbu de lui-même, mais souvent pas du tout sûr de lui!) n’est pas le seul à être égratigné tout au long de ces pages bien senties. Tout le monde y passe. L’entourage de la star des lettres internationales, l’éditeur qui compte et recompte, les organisateurs de petits salons ou de Prix littéraires organisés dans les campagnes profondes de France, les pros du cinéma qui adaptent les livres sans qu’on sache s’ils les ont tout à fait lus, les journalistes qui (donc) ne lisent pas … Et les attaché-e-s de presse évidemment, leurs petits mensonges, leurs flatteries de temps en temps…

Le propos aurait pu paraître aigre, voire franchement amer. On aurait pu accuser son auteur de cracher dans la soupe, d’assassiner ce qui pourtant la fait vivre depuis longtemps. Il suffit toutefois de ne lire que quelques-unes de ses pages pour comprendre combien Emmanuelle Allibert a parfaitement déjoué les pièges du genre. Elle signe ici un livre qui lui ressemble : drôle, très drôle, caustique, intelligent, et sacrément tendre. Car c’est aussi cela que l’on retient de ce livre qu’on lit d’une traite en riant aux éclats : la grande tendresse de son Auteure pour le petit monde qui la fait vivre depuis longtemps et qui (cela se voit à chacune de ses lignes) la passionne toujours autant. Répétons-le : « Hommage de l’auteur absent de Paris » est un livre jubilatoire, tendre, vrai, et infiniment drôle, qu’il faut absolument lire !

« Hommage de l’auteur absent de Paris » d’Emmanuelle Allibert, éd. Léo Scheer, 211 pages, 18 euros.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s