Merci !


Un mois et demi. 
Ce blog est âgé d’un mois et demi. Pile !

Je vois le compteur de visites et le chiffre incroyable qui s’affiche ; je lis vos messages ici, ou ailleurs, sur Facebook, sur Twitter, sur ma boîte mail ; j’entends ce que certains d’entre vous me disent. Alors, un seul mot me vient… Merci ! Immense, le merci. Sans doute n’imaginez-vous pas la douceur que vous m’envoyez…
Merci pour vos partages, pour votre concours à faire connaître cet espace, pour vos mots si gentils. Merci du fond de mon cœur.

Je suis heureux, surpris, parfois même un peu dépassé, par l’accueil que vous avez réservé au « Cœur a mes raisons ». En créant cet espace je ne savais pas vraiment ce que j’allais en faire, encore moins si j’allais être lu davantage que par un petit cercle d’initiés ou de fidèles. J’ai, aujourd’hui, quelques sérieux éléments de réponses, et j’en suis flatté, bouleversé.

Je vous répète ce que j’écrivais dès le premier billet posté: ce blog n’existe pas sans vous, alors je le rêve plus interactif encore. Je voudrais vous lire davantage, vous entendre, partager, dialoguer. Ne soyez pas timides, l’espace « commentaires » de ce blog est fait pour ça. N’hésitez pas; vous ne pouvez pas me faire plus plaisir…
Je profite de ce post pour signaler à ceux qui ne l’ont pas encore remarqué qu’à droite de l’écran un lien vous propose des sites et blogs amis que j’apprécie tout particulièrement, et dont je ne saurais que trop vous recommander la lecture. Je le réactualiserai régulièrement.

Enfin, je voudrais évoquer un dernier point. D’aucuns trouveront cela évident, mais il me paraît toujours bon de le répéter, encore et toujours. 

L’écriture, souvent, se construit de nos vies, de nos expériences, de nos blessures comme de nos bonheurs. Fragiles ou bien solides, les bonheurs (parce que, oui, il y en a bel et bien de très solides!). Ce que je poste ici, j’en ai vécu une bonne partie, c’est vrai… mais la fiction est là aussi qui embellit, enlaidit, met en scène et en relief, et qui la plupart du temps vise à universaliser. Aujourd’hui, à quelques « détails » du quotidien près, je suis un homme heureux, très heureux. CQFD.

Voilà… 

L’aventure continue. 
Je crois même qu’elle ne fait que commencer…


Publicités

3 réflexions sur “Merci !

  1. Je le sais, mais je suis une grande émotive. Et tu sais bien qu'on pleure sur soi quand on pleure en lisant les autres… Des boutons, des ressorts, des résurgences, des échos, des émotions…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s